en

Les rebaptisés de la route : 10 voitures qui ont changé de nom pour des raisons surprenantes

Choisir un nom pour un modèle de voiture est aussi délicat que de nommer un enfant. Parfois, ce qui sonne bien dans une langue peut se révéler problématique ailleurs. Voici 10 voitures qui ont dû changer de nom pour des raisons souvent inattendues, révélant les défis uniques du marketing automobile mondial.

Toyota MR2, victime d’une traduction malheureuse

En France, le nom « MR2 » prononcé à la française sonne comme « merde », ce qui est assez gênant pour une voiture. Toyota a rapidement modifié le nom en « Toyota MR » pour le marché français, évitant ainsi des connotations peu flatteuses.

  • Modification simple mais vitale pour éviter un faux pas culturel
  • Un exemple classique de l’importance de la connotation linguistique dans le nom d’un produit

Mitsubishi Pajero, un nom pas si noble en espagnol

Le terme « Pajero », qui désigne un félin en Amérique du Sud, se traduit par une vulgarité en espagnol péninsulaire. Pour éviter l’embarras, Mitsubishi a rebaptisé ce SUV robuste en « Mitsubishi Montero » dans les pays hispanophones, dont l’Espagne.

  • Un changement prudent pour préserver l’image de la marque dans les marchés de langue espagnole
  • Un ajustement qui reflète la sensibilité culturelle nécessaire dans le commerce global

Seat Malaga et le malentendu grec

En Grèce, « Malaga » se rapproche trop de « Malaka », un terme offensant. Pour contourner ce problème, Seat a opté pour « Seat Gredos » pour ce marché, soulignant à nouveau l’importance du contexte local dans le choix des noms.

  • Adaptation culturelle pour éviter des associations négatives
  • Importance de la recherche et de la compréhension du marché local

Renault 17 et la superstition italienne

Le numéro 17 est considéré comme de mauvais augure en Italie, similaire à la superstition autour du numéro 13 dans d’autres cultures. Renault a donc ajusté le nom en « Renault 177 » pour apaiser les craintes superstitieuses des consommateurs italiens.

  • Un exemple de la façon dont même les chiffres peuvent avoir des connotations culturelles importantes
  • Adaptation subtile pour le marché italien

Porsche 911, une question de sonorité

Initialement nommée « 901 », cette voiture a été renommée « 911 ». La raison ? Peugeot avait déjà des droits sur les noms de modèles à trois chiffres avec un zéro central, et « 911 » offrait une alternative sonore plus dynamique et mémorable.

  • Un changement stimulé par des questions de droits et de marketing
  • La 911 est devenue une icône sous ce nouveau nom

Renault Clio devient Lutecia au Japon

Au Japon, le nom « Clio » était déjà utilisé par Honda pour un canal de vente, ce qui a conduit Renault à adopter « Lutecia », du nom latin de Paris, pour ce marché. Une adaptation nécessaire pour éviter la confusion et respecter les droits de marque existants.

  • Changement de nom pour éviter les conflits de marque
  • Adaptation créative utilisant une référence culturelle profonde

Ford Mustang, rebaptisée en Allemagne

En Allemagne, « Mustang » était déjà utilisé par une autre entreprise, ce qui a obligé Ford à vendre son emblématique voiture sous le nom de « Ford T5 » durant les années 60. Un cas de conflit de droits de nommage qui nécessite une solution pragmatique.

  • Un exemple de la complexité des droits de propriété intellectuelle à l’international
  • Adaptation sous un nouveau nom tout en maintenant l’identité de la marque

Nissan Fairlady, connu sous un autre nom aux USA

Alors que « Fairlady » rendait hommage à un célèbre musical, le président de Nissan en Amérique du Nord a préféré quelque chose de plus viril, donnant naissance au « 240Z », une référence à la fois à sa cylindrée et à la lettre symbolisant les sports chez Nissan.

  • Choix du nom influencé par le marketing régional et les attentes du consommateur
  • Une marque qui reflète la puissance et le style de la voiture

De S.S. Cars à Jaguar, une nécessité historique

Avant la Seconde Guerre mondiale, « S.S. Cars » pouvait être associé à la Schutzstaffel allemande, une connotation extrêmement négative. Le changement pour « Jaguar », après la guerre, était essentiel pour dissocier la marque de ce passé infâme.

  • Un changement de nom pour une nouvelle ère et pour effacer des associations historiques négatives
  • Jaguar évoque désormais élégance et puissance, sans les ombres du passé

De Horch à Audi, une évolution linguistique

Quand August Horch ne pouvait plus utiliser son nom pour sa nouvelle entreprise automobile, il a choisi « Audi », la traduction latine de « écouter ». Cet exemple illustre comment les noms peuvent évoluer pour s’adapter à de nouvelles réalités juridiques et linguistiques.

  • Adaptation d’un nom pour surmonter les restrictions juridiques
  • Un exemple de la façon dont les entreprises peuvent utiliser la linguistique de manière créative pour définir leur marque

Ces histoires de changements de noms de voitures illustrent les défis uniques auxquels sont confrontées les marques dans un marché mondialisé. Chaque modification porte en elle une leçon sur l’importance de la sensibilité culturelle, de la compréhension juridique, et de l’adaptabilité dans le monde de l’automobile.

Sommaire

Rédigé par Luc Jarson

Passionné par l'univers des voitures de sport et des supercars, je consacre mes journées à explorer le monde des bolides, des modèles classiques aux véhicules de haute technologie. Mon objectif est de dévoiler les secrets de ces machines de rêve et de partager avec vous des découvertes captivantes. Ma curiosité me guide vers les tendances et innovations qui sauront éveiller votre intérêt.

Découverte du Lamborghini Urus SE Hybride : La polyvalence réinventée

Immersion dans l’histoire de la F1 : la nouvelle montre fabriquée à partir de la Lotus 98T d’Ayrton Senna